Se former, s'informer, s'entourer...

Sport Santé, Récupération Améliorée Après Chirurgie (RAAC) : un rôle à tenir

Christian Chatry
Kinésithér Scient 2017,0591:01 - 10/10/2017

L’INK (Maison des Kinés Formation) organise les 6 et 7 octobre ses traditionnelles Journées scientifiques (ce sera la 49e édition !) dans le cadre du Salon Rééduca, au Parc des Expositions, Porte de Versailles à Paris.

Au cours de ces deux jours se succèderont une vingtaine d’intervenants (kinésithérapeutes, médecins, chirurgiens, coachs, préparateurs physiques...) qui aborderont la place du kinésithérapeute dans le sport, la santé et la réhabilitation après une chirurgie programmée (la RAAC).

La mise en place récente du « sport sur ordonnance », avec la prescription d'une activité physique adaptée à des patients chroniques par les médecins, bien souvent effectuée sous la houlette de non professionnels de santé (enseignants en APA, etc.) doit nous interpeller sur notre place au sein du système de soins : quelle est-elle aujourd'hui, par rapport à toutes ces professions qui nous ressemblent (un peu) et empiètent (parfois beaucoup) sur notre champ de compétence ? Nous devons être capables de mettre en avant nos compétences, dans l'intérêt du patient et pour la sécurité des soins.

L’intention générale de la journée du 6 octobre est d’échanger sur le rôle du kinésithérapeute dans le maintien ou la récupération de la bonne santé, par le biais d'une activité physique ou sportive. Le sujet est particulièrement « à la mode » en ce moment, en France (les recommandations en matière d'activité physique seront mise à l'honneur dans le futur PNNS – Plan National Nutrition Santé) mais pas seulement (c'était le thème de la Journée mondiale de la physiothérapie le 8 septembre) et on ne compte plus les publications sur les bienfaits de l'activité physique ! Elle est bonne pour le cœur, la longévité, les artères, le sommeil, pour prévenir le cancer, l'obésité et j'en passe – à condition d'être adaptée à chacun selon son âge, sa morphologie, ses besoins, ses éventuelles pathologies ou limitations fonctionnelles... Et dans ce paysage, nous – kinésithérapeutes – devons jouer un rôle central.

Après un rappel des principales données scientifiques disponibles sur le sujet, nous aborderons les spécificités de plusieurs maladies ou affections de longue durée : fibromyalgie, BPCO, cancer du sein, maladies cardiométaboliques... Un temps important sera consacré à la place du kinésithérapeute dans le Sport Santé, en complémentarité avec son activité de soin traditionnelle. Plusieurs confrères qui se sont investis dans ce domaine viendront témoigner de leur expérience.

Le samedi, nous aborderons la prise en charge rééducative pré- et postopératoire dans des domaines aussi divers que l'orthopédie, la cancérologie, la pelvi-périnéologie, la chirurgie thoracique ou encore la chirurgie de l’obésité. La RAAC monte en puissance en France depuis quelques années, et ce n'est que le début. La clé de la réussite, c'est l'implication des différents acteurs : médecin anesthésiste, chirurgien, infirmier, kinésithérapeute du service qui reçoit le patient avant l'intervention. Cela implique aussi une bonne collaboration avec les professionnels de ville, qui prendront le relais.

Nous évoquerons ensuite la place de la kinésithérapie dans le cadre de différents types d'interventions : pose d'une prothèse totale de genou, chirurgie de l'épaule, du membre inférieur, chirurgie thoracique, pelvienne, bariatrique, etc.

Pour ce grand rendez-vous, point d'orgue de l'année pour l'INK, nous avons fait appel à des intervenants passionnés, pointus et experts dans leur domaine.

Je souhaite aux participants un excellent congrès, dans un esprit de convivialité (qui caractérise habituellement ces journées) et d’échanges constructifs au service de la profession – et du patient !


Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...