Se former, s'informer, s'entourer...

Inhibitions motrices, nature et prise en charge

Figure 1.

Anne-Laure Chatain, Charlotte Rieu, David Touré
Kiné actualité n° 1549 - 05/09/2019

Le traitement et la prise en charge des "inhibitions motrices" devient un point de recherche central dans la rééducation fonctionnelle. On voit les études cliniques se multiplier sur le sujet depuis quelques années, notamment dans le cadre de leur apparition après chirurgie du LCA, où l'on parle plus précisément d'"arthrogenic muscle inhibition" (AMI). Dans ce cas précis, il s'agit d'une sidération persistante du quadriceps qui se caractérise par une incapacité à recruter correctement les fibres du muscle. Lors de l'apparition de ce type de phénomènes, on observe donc plusieurs conséquences directes, qui seront autant de freins à la rééducation fonctionnelle du membre touché, et aboutiront à des schémas compensatoires plus ou moins impactants, voire handicapants pour la motricité des patients. Il existe aujourd'hui plusieurs hypothèses/visions quant à l'origine de ces phénomènes et leurs mécanismes de mise en place.



Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Sortie de réanimation, et après ?

Franck Remillieux, Anne-Laure Chatain Kiné actualité n° 1566 - 21/05/2020

Dans cette réflexion, l'auteur porte son attention sur les séquelles engendrées par le Covid-19 sur le système périphérique (locomoteur et membres supérieurs). Concernant la réhabilitation...