Se former, s'informer, s'entourer...

Réparer les dégâts, par où commencer ?

Sophie Conrard
Kiné actualité n° 1566 - 21/05/2020



Avec la fermeture de l’accès aux Ehpad pendant près de 2 mois, la crise a durement impacté les résidents. Certains, qui marchaient sans aide avant le confinement, ont désormais besoin d’un déambulateur. Ceux qui avaient déjà du mal à se déplacer ont passé beaucoup de temps alités et sont devenus complètement dépendants. La situation est dramatique, comme le montre une enquête réalisée par la FFMKR (lire notre dossier p. 10 à 13). En outre, la grabatisation des résidents corse le travail du personnel, qui est débordé. Il va falloir du temps pour réparer les dégâts. Ceux qui doutaient de l’importance du travail des masseurs-kinésithérapeutes en Ehpad en ont une preuve flagrante.

Pour ne pas recommencer à vivre avec nos mauvais réflexes d’avant, nous vous proposons cette semaine une interview d’un scientifique de l’OMS, spécialiste de l’impact du dérèglement climatique sur la santé (lire p. 20-21). Il compte sur les professionnels de santé pour promouvoir, à grande échelle, les actions d’adaptation climatique préconisées pour limiter les dégâts.

Plus près de nous, vos cabinets ont rouvert leurs portes. Peu à peu, vous prenez vos marques avec toutes ces nouvelles règles d’hygiène mises en place pour protéger vos patients, et vous-mêmes. L’Ordre a publié un guide pratique pour vous aider, la FFMKR des fiches pratiques et des affiches pour vos cabinets (lire p. 14 à 18). Mais en fonction de la configuration de votre local et de vos habitudes, vos pratiques, vous êtes nombreux à vous interroger sur d’éventuelles adaptations des règles ou des cas particuliers. Rappelons qu’en tant que professionnels de santé, vous avez un devoir d’exemplarité.

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Crise de grabatisation dans les Ehpad, pourquoi il faut agir vite

Alexandra PICARD Kiné actualité n° 1566 - 21/05/2020

À la suite de la fermeture des Ehpad en mars, en raison de la crise du Covid-19, 80 % des kinésithérapeutes n'y sont plus intervenus. Une absence de soins qui laisse des séquelles irréversibles chez de nombreux...