Se former, s'informer, s'entourer...

Patients post-covid :
Création de 2 actes dérogatoires le temps de la crise

Sophie Conrard
Kiné actualité n° 1569 - 02/07/2020



Depuis le 2 juin, l’assurance maladie vous autorise à coter 2 actes dérogatoires, dans le cadre de la rééducation individuelle de patients ayant été hospitalisés pour des affections liées à la Covid-19 : un AMK 20 pour la rééducation de déficiences respiratoires et locomotrices d’une durée de 30 minutes, et un AMK 28 pour la rééducation de déficiences respiratoires, locomotrices et neurologiques d’une durée de 60 minutes. Ce sont les cotations habituellement applicables pour des soins sur des patients en ALD, atteints de BPCO.

Cette mesure est valable jusqu’à 6 mois après la fin de l’état d’urgence, “dans l’attente de travaux conventionnels spécifiques sur les actes recommandés par la HAS après une hospitalisation pour infection par le coronavirus”, précise l’assurance maladie, qui affirme que “ces travaux seront rapidement engagés”.

Le nombre de séances prises en charge est limité à 20 par patient. S’il est nécessaire de poursuivre la prise en charge, la cotation des actes se fera selon la nomenclature actuelle.

Cette mesure ne concerne pas les patients présentant une infection à la Covid-19 et pris en charge à domicile, avec une déficience modérée ou d’un seul appareil, pour lesquels “la rééducation kinésithérapique doit être cotée avec les actes déjà inscrits à la NGAP”.

© alano design/Istock/Getty Images Plus

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Coronavirus, quelles leçons tirer de la crise ?

Alexandra PICARD Kiné actualité n° 1569 - 02/07/2020

Que faut-il retenir de la pandémie de Covid-19 qui a paralysé une partie de la profession pendant 2 mois ? Y a-t-il eu des aspects positifs à cette crise ? Comment envisager l'avenir ?