Se former, s'informer, s'entourer...

Recommandation de bonne pratique pour les cervicalgies : quoi de neuf depuis 2003 ? (1ère partie)

Jacques Vaillant
Kinésithér Scient 2013,541:59 - 10/04/2013

Voilà 10 ans que les recommandations de bonne pratique sur le thème de la « Masso-kinésithérapie dans les cervicalgies communes et dans le cadre du « coup du lapin » ou « whiplash » sont parues [1]. Nous nous proposons de faire un tour d’horizon des recommandations parues depuis cette date au niveau international.

Une consultation de la Physiothérapie Evidence Database (www.pedro.org.au) avec pour mots clés « Neck and Pain » (et en sélectionnant la méthode « Practice guidelines ») permet de constater que 7 recommandations sont contemporaines ou postérieures à la recommandation de la l’Agence nationale d'accréditation et d’évaluation en Santé (ANAES, devenu Haute autorité de santé : HAS). Parmi ces 7 recommandations, l’une est centrée sur les pratiques de chiropractie — nous n’en rapporterons pas les conclusions ici — et une autre est focalisée sur le massage [2]. Nous nous proposons de faire une synthèse en quelques lignes de 5 de ces recommandations.

Les recommandations portant sur l’ensemble des techniques utilisables face à un patient souffrant du rachis cervical (tab. I) sont soit centrées sur une étiologie particulière, le coup de fouet cervical, soit restent généralistes ouvertes sur les différentes étiologies de cervicalgie.

Tableau I
Recommandations et étayages scientifiques (A) de haut niveau, (B) de niveau moyen, (C) de niveau faible, et (Exp) pour un accord d'experts professionnel

Concernant les thèmes abordés, 3 recommandations [3-5] évoquent un point non abordé dans la recommandation de l’ANAES : le diagnostic différentiel. L’importance de ce thème est justifiée par le fait que dans beaucoup de pays, l’accès au masseur-kinésithérapeute se fait sans nécessité de prescription médicale. Aussi, il est compréhensible que les recommandations doivent aider les praticiens à éliminer des causes de cervicalgies qui contre-indiqueraient la masso-kinésithérapie. C’est la recommandation australienne [3] qui est la plus précise sur ce point et qui donne les éléments clés à rechercher.

Bilan du patient

Les recommandations insistent sur l’importance d’évaluer les conséquences fonctionnelles de la douleur cervicale. 3 recommandations [4-6] proposent au kinésithérapeute d’utiliser systématiquement le « Neck disability index ». Cet index traduit en français présente pour avantage d’avoir un spectre large en regard des fonctions évaluées et de pouvoir être renseigné directement par le patient, libérant ainsi un temps précieux.

L’utilisation d’un indice algo-fonctionnel était déjà recommandée par l’ANAES. L’impact sur les activités sociales (travail, loisir, domicile…) est également intéressant à appréhender. De façon complémentaire, l’évaluation de la douleur à l’aide d’une échelle visuelle analogique est proposée [1, 4].

L’évaluation de la fonction articulaire et celle de fonction musculaire sont également proposées par 3 recommandations, en cohérence avec la recommandation de l’ANAES. Seule la recommandation de l’American physical therapy association (APTA) ne retient pas comme nécessaire l’évaluation de ces fonctions.

Suite dans notre prochain numéro

BIBLIOGRAPHIE

[1] Martinez L, Bregeon F, Trudelle P et al. Masso-kinésithérapie dans les cervicalgies communes et dans le cadre du « coup du lapin » ou whiplash : argumentaire [Physiotherapy in common neck pain and whiplash], Agence Nationale d'Accréditation et d'Évaluation en Santé - Paris, 2003.
[2] Brosseau L, Wells GA, Tugwell P et al. Ottawa panel evidence-based clinical practice guidelines on therapeutic massage for neck pain. Journal of Bodywork and Movement Therapies 2012 Jul;16(3):300-25.
[3] March L, Brooks P, Bogduk N et al. Evidence-based management of acute musculoskeletal pain [National Health and Medical Research Council (NHMRC) and the Australian Acute Musculoskeletal Pain Guidelines Group, 2003.
[4] Cameron I, Crotty M, Halbert J et al. Clinical guidelines for best practice management of acute and chronic whiplash-associated disorders. Motor Accident Commission (MAC), South Australian Centre for Trauma and Injury Recovery (TRACsa), 2008.
[5] Childs JD, Cleland JA, Elliott JM et al. Neck pain: Clinical practice guidelines linked to the International classification of functioning, disability, and health from the Orthopaedic section of the American Physical Therapy Association [with consumer summary] [Orthopaedic Section of the American Physical Therapy Association (APTA)] The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy 2008 Sep;38(9):A1-A3.
[6] Bekkering GE, Hendriks HJM, Lanser K et al. KGNF guidelines: Clinical practice guidelines for physical therapy in patients with whiplash-associated disorders [Koninklijk Nederlands Genootschap voor Fysiotherapie (KNGF) [Royal Dutch Society for Physiotherapy], 2003.


Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Bilan de la cervicalgie en thérapie manuelle

Matthieu Loubiere, Gilles Barette, Fabrice Barillec Kinésithér Scient 2013,540:23-28 - 10/02/2013
Cet article aborde les différentes étapes du bilan kinésithérapique. Il approfondit le descriptif technique en donnant une progression logique, vérifiable et basée sur la littérature professionnelle. Il démontre le côté incontournable de...

Libération des tissus mous dans le cadre de la cervicalgie

Gilles Barette, Frédéric Estampe, Fabrice Barillec, Xavier Dufour Kinésithér Scient 2013,540:29-33 - 10/02/2013
En kinésithérapie, le praticien se trouve face à une palette variée de techniques musculaires et aponévrotiques. Le choix doit reposer sur les informations et les résultats de ses bilan et diagnostic kinésithérapiques. À l'issue, les...

Cervicalgie : Bilan d'exclusion, différentiel et diagnostic kinésithérapique

Gilles Barette, Fabrice Barillec, Matthieu Loubiere, Arnaud Cerioli, Xavier Dufour Kinésithér Scient 2013,540:07-09 - 10/02/2013
Cet article met en place les différentes étapes d'un bilan des cervicalgies en partant des généralités de la prise en charge d'un patient vers la prise en charge kinésithérapique. Elle doit aboutir à définir les gestes techniques les plus...