Se former, s'informer, s'entourer...

Recommandation de bonne pratique pour les cervicalgies : quoi de neuf depuis 2003 ? (2e partie)

Jacques Vaillant
Kinésithér Scient 2013,541:59 - 10/05/2013

Traitement

Toutes les recommandations [3-6], à l’instar de l’ANAES [1], suggèrent d’utiliser des techniques variées incluant des techniques actives. Plusieurs objectifs peuvent motiver les techniques employées : le gain de mobilité articulaire, l’amélioration de la capacité musculaire et la récupération des fonctions altérées. L’association de techniques de mobilisations et de techniques de manipulations est définie plus efficace que l’emploi isolé de l’une ou l’autre de ces techniques.

Les techniques à visée antalgique ne sont recommandées que comme un adjuvant au traitement. Parmi elles, les techniques de massage présentent un intérêt (tab. II) [2].

Tableau II
Synthèse de la recommandation
« Ottawa panel evidence-based clinical guidelines on therapeutic massage for neck pain » [2]

Mais aucune technique n’est unanimement recommandée. Pire, certaines, comme les tractions cervicales ou l’électrothérapie, sont l’objet d’avis favorables et défavorables.

De même, la recherche de détente musculaire ou d’étirements des muscles cervicaux n’est pas unanimement recommandée, compte-tenu d’un manque d’étude. La recommandation de techniques visant à une centralisation de la douleur et visant à mobiliser les structures nerveuses n’apparaît que dans les dernières publications datant de 2008 [4, 5].

Mais, toutes les recommandations s’accordent sur l’importance du rôle d’éducateur et de conseil du kinésithérapeute. L’unanimité des recommandations se fait sur la nécessité d’encourager le patient à conserver le maximum d’activité afin d’éviter une mise au repos. Il s’agit de « réassurer » le patient sur ses capacités et ses potentiels.

Conclusion

Les recommandations s’appuient sur l’état de la science à un moment donné. Le défaut d’étude — au moins de bonne qualité scientifique — de certaines techniques les prive de facto de figurer dans les recommandations. La première conclusion que nous pouvons poser est le caractère impératif de développer la recherche clinique en kinésithérapie.

La diversité des tableaux cliniques, observable en pratique clinique s’accommode mal de traitements délivrés de façon univoque. Cependant, la définition des critères cliniques permettant de définir de façon unanime et pertinente les catégories de patient cervicalgiques n’est pas, à notre connaissance, acquise aujourd’hui. Pourtant, ce stade est important à passer pour évaluer la pertinence des techniques selon les cas.

La seconde conclusion renvoie à la complexité de l’être humain et à la diversité des techniques potentiellement employables qui ne pourront être mieux appréhendés par des techniques de recherche élaborées s’appuyant notamment sur la modélisation mathématique.

BIBLIOGRAPHIE

[1] Martinez L, Bregeon F, Trudelle P et al. Masso-kinésithérapie dans les cervicalgies communes et dans le cadre du « coup du lapin » ou whiplash : argumentaire [Physiotherapy in common neck pain and whiplash], Agence Nationale d'Accréditation et d'Évaluation en Santé - Paris, 2003.
[2] Brosseau L, Wells GA, Tugwell P et al. Ottawa panel evidence-based clinical practice guidelines on therapeutic massage for neck pain. Journal of Bodywork and Movement Therapies 2012 Jul;16(3):300-25.
[3] March L, Brooks P, Bogduk N et al. Evidence-based management of acute musculoskeletal pain [National Health and Medical Research Council (NHMRC) and the Australian Acute Musculoskeletal Pain Guidelines Group, 2003.
[4] Cameron I, Crotty M, Halbert J et al. Clinical guidelines for best practice management of acute and chronic whiplash-associated disorders. Motor Accident Commission (MAC), South Australian Centre for Trauma and Injury Recovery (TRACsa), 2008.
[5] Childs JD, Cleland JA, Elliott JM et al. Neck pain: Clinical practice guidelines linked to the International classification of functioning, disability, and health from the Orthopaedic section of the American Physical Therapy Association [with consumer summary] [Orthopaedic Section of the American Physical Therapy Association (APTA)] The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy 2008 Sep;38(9):A1-A3.
[6] Bekkering GE, Hendriks HJM, Lanser K et al. KGNF guidelines: Clinical practice guidelines for physical therapy in patients with whiplash-associated disorders [Koninklijk Nederlands Genootschap voor Fysiotherapie (KNGF) [Royal Dutch Society for Physiotherapy], 2003.

Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

KINÉSITHÉRAPIE ET LOCOMOTION HUMAINE AU SÉNÉGAL

Papa Demba Ndiaye Kinésithér Scient 2020,0621:35-41 - 05/06/2020

La marche est l'une pour ne pas dire la principale fonction de l'appareil locomoteur. Elle peut être altérée totalement ou partiellement par des affections traumatiques, neurologiques, rhumatologiques ou par des...