Se former, s'informer, s'entourer...

Capsulite rétractile : recommandationsde l'american physical therapy association (2ème partie)

Jacques Vaillant
Kinésithér Scient 2013,0546:47-48 - 10/09/2013

Traitement médical et kinésithérapique

Les injections intra-articulaires de corticostéroïdes associées à des mobilisations de l’épaule et des étirements sont plus efficaces à court terme (4-6 semaines) sur la réduction de la douleur et la récupération de la fonction que ces mêmes exercices de mobilisation et d’étirements pratiqués seuls (recommandation basée sur un fort niveau de preuve).

Il est recommandé d’éduquer le patient :

– en lui décrivant l’évolution naturelle de la pathologie ;

– en encourageant les modifications d’activité visant à utiliser les secteurs de mobilité non douloureux ;

– en adaptant l’intensité des étirements selon le niveau d’irritabilité propre du patient (recommandation basée sur un niveau de preuve modéré).

Les praticiens peuvent utiliser les ondes courtes, les ultrasons et les stimulations électriques combinés avec des exercices de mobilisation et d’étirements, l'objectif étant de réduire la douleur et augmenter la mobilité de l’articulation de l’épaule (recommandation basée sur un niveau de preuve faible).

Il est recommandé d’effectuer des mobilisations directes de l’articulation gléno-humérale afin de réduire la douleur et améliorer la mobilité et la fonction (recommandation basée sur un niveau de preuve faible).

Les cliniciens peuvent pratiquer des manipulations directes de la gléno-humérale chez les patients présentant une capsulite qui ne répondent pas bien au traitement conservateur (recommandation basée sur un niveau de preuve faible).

Il est recommandé d’apprendre au patient des exercices d’étirements. Leur intensité pourra être déterminée par le niveau d’irritabilité tissulaire du patient (tab. III) (recommandation basée sur un niveau de preuve modéré).

Tableau III
Les niveaux d’irritabilité et les techniques recommandées, d'après Kelley et al. [1]

 

Éléments clés du traitement

• Techniques antalgiques

• Éducation du patient

• Mobilisations articulaires spécifiques

• Mobilisations articulaires actives et passives

• Étirements

• Reprogrammation neuromusculaire


Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Syndrome douloureux régional complexe de type 1

Pierre Le Hir Kinésithér Scient 2015,0562:62 - 10/02/2015
Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) de type I est défini par des douleurs et des troubles vasomoteurs, sudoraux et trophiques résultant le plus souvent d'un traumatisme du membre.
Ce syndrome était anciennement dénommé...