Se former, s'informer, s'entourer...

Réforme des études en santé : des propositions attendues fin novembre

Sophie Conrard
- 16 octobre 2018

Les ministres Agnès Buzyn et Frédérique Vidal, respectivement chargées de la Santé et de l'Enseignement supérieur, ont tenu le 12 octobre une conférence de presse pour annoncer la création d'un groupe de travail dédié à la réforme des études de santé. Il doit faire des propositions visant à permettre la suppression du numerus clausus et de la Paces d'ici fin novembre.

Les travaux seront pilotés par le Pr Jean-Paul Saint-André, 69 ans, PU-PH en anatomie pathologique et ancien doyen de la faculté de médecine d'Angers, de 2001 à 2011. Il a par la suite présidé l'université d'Angers, de 2012 à 2016. Il a notamment piloté un groupe de travail consacré à la problématique de l'entrée dans les études de santé, dans le cadre des travaux préparatoires à la réforme du premier cycle des études de médecine (rapport Filâtre, octobre 2017).

L'objectif de cette période de réflexion est de proposer "un scénario opérationnel permettant une mise en œuvre de ces réformes majeures pour l'année universitaire 2019-2020". La concertation est placée "sous le signe d'un double engagement", ont expliqué les 2 ministres dans un communiqué commun: "la mise en place d'un cadre national garantissant l'équité de traitement de tous sur le territoire" et "la garantie d'une place importante donnée à l'autonomie de chaque établissement pour qu'il inclue l'admission dans les études de santé dans le cadre général de son offre de formation, y compris pour les établissements qui ne proposent pas en leur sein de formation en santé".

Le groupe de travail compte 22 autres membres, parmi lesquels le Pr Jean Sibilia, président de la Conférence des doyens des facultés de médecine, le Pr Djilalli Annane, doyen de la faculté de médecine Paris Île-de-France Ouest (qui a été conseiller pour l'enseignement médical et la recherche au cabinet de Marisol Touraine), ou encore Pascal Gouilly, directeur de l'IFMK de Nancy et président du Syndicat national des directeurs d'IFMK. Il intègre aussi des représentants des étudiants, dont le président de la Fnek, Antoine Dugast.

(avec APM news)

©DrAfter123

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Le service sanitaire :
Un casse-tête pour les IFMK

Alexandra PICARD Kiné actualité n° 1529 - 11/10/2018

Les IFMK doivent intégrer le service sanitaire dans leur maquette de cours et prévoir les terrains de stages où se rendront les étudiants. Si le principe est clair, la mise en oeuvre semble plus délicate.