Se former, s'informer, s'entourer...

Témoignage : "Il est essentiel d'investir dans la jeunesse"

©DR

Sophie Conrard
- 12 mai 2022

Président du syndicat FFMKR des Pyrénées-Orientales, Emmanuel Coffin garde un souvenir très net de son premier congrès national, en 2017. C'est ce qui lui a donné envie de s'investir encore plus au sein du syndicat, pour la défense de la profession.



"Chères consœurs, chers confrères, chers amis,

Je voulais vous faire partager mon expérience syndicale et vous encourager à inviter, à quelques semaines de nos 20es Assises, vos plus jeunes adhérents, afin de les inciter à s'investir demain dans votre conseil d'administration et, pourquoi pas, à prendre la relève un peu plus tard.

Aujourd'hui, je suis président du syndicat des Pyrénées-Orientales et conseiller fédéral chargé des relations avec les étudiants et départements.

En 2017, mon président départemental m'avait invité à venir assister au congrès de Castres. À l’époque, ma vision du syndicat était très loco-centrée. Je connaissais surtout la défense de l’ensemble des kinésithérapeutes par les confrères, membres du CA, qui siégeaient en commission paritaire départementale [1].

Ma vision des actions de la FFMKR au niveau national était floue, à cause notamment de tous ces acronymes que l’on peut entendre et qui peuvent vous perdre en 3 secondes : CPTS, ESCAP, UNAPL, URPS, UNPS, CPD, CPR…

L'arrivée à ce premier congrès m’avait impressionné. Déjà, avec toute cette organisation par le Conseil fédéral et l’ensemble des salariés de la Maison des Kinés, ainsi que le nombre des responsables départementaux présents. Mais aussi par les débats, les retours des problématiques en local, la restitution des avancées du bureau national… Tout cela me confortait dans mon choix d’avoir adhéré à la FFMKR.

J’y retrouvais les valeurs pour lesquelles je me sentais aussi bien dans mon département : la convivialité mais aussi le partage, les échanges et la réflexion. Ces deux jours m'ont clairement boosté dans mon investissement syndical. J’ai intégré le conseil d'administration du syndicat FFMKR 66 dans la foulée, et pris la présidence peu de temps après.

Aujourd’hui, à 42 ans, je suis toujours président de mon département et j’ai fédéré autour de moi une équipe de 16 personnes au sein du conseil d'administration. Chaque membre évolue à son rythme et participe au fonctionnement départemental du syndicat.

J’ai beaucoup de chance : je vis dans un département dynamique, fort de 1 200 kinés libéraux.

Pour les Assises et le congrès d'Arles, début juin, le syndicat départemental va financer le trajet, l'hôtellerie et la restauration à 4 de nos adhérents car il est pour moi essentiel d’investir dans la jeunesse et le renouvellement.

Aujourd'hui, en tant que conseiller fédéral chargé des relations avec les départements, je recense, malheureusement trop souvent, les mêmes problématiques chez les présidents départementaux : "nous n'arrivons pas à intéresser les jeunes confrères", "nous sommes 4 du bureau à prendre notre retraite, nous sommes fatigués et personne n'est là pour reprendre le flambeau", "nous avons du mal à communiquer auprès des plus jeunes", etc.

Pourquoi ne pas profiter de ces Assises pour convier vos plus jeunes adhérents et éventuellement les motiver à aller un peu plus loin dans leur engagement ? Car le principe pour nous, présidents de département, c’est bien d’avoir un conseil d'administration efficace et dynamique et de préparer l’avenir, non ?

Je pense que les assises d’Arles s’y prêtent pleinement. Profitez de cette occasion pour motiver vos troupes ! La thématique de surcroît s’y prête parfaitement !

Au fil de l'année, au cours des soirées que nous organisons à Perpignan, nous avons rencontré des adhérents intéressés par l’exercice conventionnel, d’autres qui apprécient ces moments de convivialité, d'autres encore qui apprécient les dossiers techniques comme l’accès direct ou la retraite… Il faut intégrer ces ressources pour avoir une équipe compétente et prête à se retrousser les manches pour défendre les professionnels !

Ce que je voudrais vous dire, c’est d’essayer de ne pas fermer la porte de votre conseil d'administration à un membre qui serait intéressé pour s’investir. Le timing est important. Les étapes se font en douceur, en termes de formation et de montée en compétences pour devenir un cadre, expert dans son domaine.

Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. À bientôt !"

 

Emmanuel COFFIN

Président FFMKR 66

Conseiller fédéral chargé des relations avec les départements et les étudiants

 

[1] Commission créée au sein de chaque CPAM au niveau départemental pour faciliter l’application de la Convention, par une concertation locale entre les caisses et les représentants des masseurs-kinésithérapeutes libéraux.

 

Ce témoignage a également été adressé par mail aux adhérents de la FFMKR.

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Spécificités d'exercice :
L'avenir de la profession ?

Sophie Conrard Kiné actualité n° 1610 - 19/05/2022

Les 20es Assises de la kinésithérapie se dérouleront les 3 et 4 juin à Arles. Derrière cet intitulé qui peut paraître austère, se cache un thème d'actualité sur lequel tous les...

Élections à la Carpimko, votre voix compte

Sophie Conrard Kiné actualité n° 1610 - 19/05/2022

Entre le 22 juin et le 6 juillet, vous serez appelés à voter (en ligne) pour élire 3 nouveaux membres du conseil d'administration de votre caisse de retraite, la Carpimko. Ils seront amenés à travailler sur le...